• Post author:
  • Post published:14 novembre 2020
  • Post category:DRAME / INDEX

UN VILLAGE FRANCAIS

UNE HISTOIRE ORDINAIRE...

Alors aujourd’hui je vais aller à l’encontre de mes principes de deux façons !

Déjà en parlant d’une série pas drôle du tout ce qui va à l’encontre de ce que j’ai dit au moment du re-confinement ! Mais en plus la série dont je vais parler s’est terminée il y a seulement 4 ans…et comme on ne dit jamais deux sans trois celle-ci est française ! Mais c’est une série qui m’a vraiment chamboulée de par le sujet et ensuite parce qu’elle m’a vraiment fait m’interroger.

De plus, les temps actuels la font raisonner en moi lorsque j’entends les gens se plaindre du confinement et du fait qu’on les empêche de vivre !

Je vais vous emmener en France, pendant l’occupation au cœur d’ « Un village Français “

Un village sans histoire

Nous sommes à Villeneuve le 12 juin 1940, un jour comme les autres ou presque car les allemands viennent de prendre la ville de Besançon qui se trouve à 100km de là.

Médecin et adjoint au maire, Daniel Larcher est appelé en urgence à la Scierie Schwartz pour procéder à l’accouchement d’une des employées espagnoles.

Il y croise son frère Marcel, militant et activiste communiste, qui a eu l’idée de génie d’utiliser l’imprimerie de sa boîte pour éditer des tracts. Sauf que la police et surtout le jeune Inspecteur Marchetti ont flairé le truc et s’apprêtent à le coincer quand tout à coup…des explosions !

Schwartz, Larcher Brothers, le commissaire De Kerven et l’inspecteur Marchetti vont alors voir passer les convois allemands en direction de leur village.

Après un exode rapidement stoppé par l’ennemi, commence alors l’occupation avec son lot de collaboration, résistance, trahison, peur, mort. Bon y aura quand même un peu d’amour aussi parce que sinon ça serait vraiment la loose !

Cette série dépeint  la vie quotidienne des personnages de ce village sans histoires, qui va contribuer à l’Histoire. Entre 1940 et 1945, les destins vont se mêler, se séparer et finalement être liés à jamais.

Une période sombre

Il n’y a pas à tortiller l’occupation allemande ce n’était pas marrant ! Alors certes on aurait pu y voir l’occasion d’apprendre une jolie langue à moindre coût. En plus en quasi immersion… mais quand même. On aurait pu aussi avoir un échange interculturel sympa…sauf que les allemands, ils n’étaient pas venus pour échanger des recettes de cuisine. Et encore moins pour discuter de qui entre Mozart et Beethoven avait le plus apporté au classique.

Ils étaient là pour conquérir notre territoire, notre culture et surtout nous imposer la pensée unique : les juifs et les communistes doivent être EX-TER-MI-NES…(avec la voix des Dalecks de Dr Who pour faire plus vrai) . Et ça ce n’est pas drôle du tout !

Alors si dans certains pays ça passe crème et l’occupation juste une formalité, en France les allemands sont plutôt mal tombés !

Oui,parce que déjà à la base, le gaulois il n’aime pas trop les règles. En plus,  pour lui une règle c’est fait pour être contournée et non respectée ! Tiens ça me rappelle un truc ça !

Et surtout le français est de base égoïste et ne pense qu’à son petit confort…enfin dans leur majorité. C’est d’ailleurs là-dessus que les allemands misaient vu que ceux-ci en termes d’occupation ils sont plutôt bons!

Occupation mode d’emploi

Comme pour les tueurs en série, comme mon ami Dexter, occuper un pays nécessite un code précis. Si tu n’y déroge pas, ce code, s’avère très efficace. Il faut dire qu’en l’espèce les allemands n’en étaient pas à leur coup d’essai. Il leur a juste fallu adapter à chaque ville et village leur process.

  • La maison la plus sympa, le chef, pour s’installer choisira
  • Un représentant local pour faire passer et exécuter auprès de la population des décisions tu choisiras
  • La nourriture aux gens de la population tu limiteras
  • En tuant des innocents, tes règles, respecter tu feras
  • Les juifs, résistants et communistes tu fusilleras
  • Les juifs, résistants et communistes tu déporteras (ba oui ça fait faire des économies de balle)
  • Pour obtenir des renseignements, tes prisonniers tu tortureras
  • Des personnes juste pour le fun tu arrêteras, tortureras….
  • Bref tu feras comme chez toi…sauf que tu n’y es pas !

Occupé mode d’emploi

Être un occupé c’est déjà beaucoup plus compliqué. Dans le meilleur des cas on te pique ta baraque, ta bouffe et ton droit à faire ce que tu veux. Dans le pire des cas, tu finis soit en camp, soit fusillé, soit dans les mains d’un Heinrich Muller, le Mac Gyver de la cigarette.

Du coup on distingue 4 types d’occupés :

L’occupé survivant : Celui-là, majoritaire, va faire en sorte de ne pas se faire remarquer et suivre strictement les nouveaux droits et devoirs en place. On ne saura pas trop ce qu’il pense vraiment mais s’adaptera à la situation du moment.

L’occupé profiteur :  Celui-là ne fait pas vraiment de politique mais va trouver en l’occupation un moyen se de faire de l’argent supplémentaire ou de monter dans la hiérarchie sociale et fermera les yeux sur certaines choses tant que ça peut faire marcher son affaire ou son cœur.

L’occupé occupant :  Celui-ci adhère aux valeurs de l’occupant et aide celui-ci de façon active et non dissimulée introduisant la notion de “Vrai patriote ». Sauf que l’on ne sait pas trop de quelle patrie il parle.

L’occupé résistant :  Celui-ci ne reconnaît pas la légitimité de l’occupant et n’a qu’une seule idée en tête : les renvoyer chez eux ! Leur action peut être discrète ou plus “officielle”. Il a pour hobby de faire sauter des ponts…le fil rouge sur le bouton rouge, le fil vert sur le bouton…euhh. Pour ma part je me sens plus proche de celui là mais ca c’est mon côté basque qui aime jouer avec la dynamite .

On peut remarquer que parfois l’occupé navigue entre plusieurs statuts en fonction du vent et/ou de façon définitive ou ponctuelle.

Une histoire pédagomantique

Comme je l’écrivais plus haut, cette période a inspiré beaucoup de scénaristes. Mais la force de celle-ci est qu’elle traite de la situation dans sa globalité et sur toute la période. Chaque saison se déroule sur une période courte de chaque année d’occupation jusqu’à la période post occupation.

  • Nous allons partager l’occupation des habitants de Villeneuve aussi bien du côté allemand que français.
  • Nous allons vivre les évènements presque en immersion et se mettre à la place de chacun des protagonistes !
  • Nous allons aimer, avoir peur, espérer, s’indigner, s’identifier, détester, essayer de comprendre, ces personnages.
  • Nous allons être parfois perdu et bousculé dans nos convictions que nos livres d’histoires nous ont enseignés car peu de nous ont vécu ces moments-là.
  • Nous allons relativiser et arrêter de se plaindre de la situation que nous ne vivons aujourd’hui. Elle est certes pas franchement rigolote mais très très loin de ce que nos aînés ont vécu !

Bref nous allons ressentir cette série plus que tout et s’apercevoir que la frontière est mince entre le bien et le mal, ainsi qu’entre la trahison et l’honneur.

Cette série va bien au-delà du clivage “pauvre occupé” et “méchant occupant”. Elle montre les failles d’un système et d’une société face à une situation extraordinaire. Période durant laquelle des personnes ordinaires vont être confrontées à des choix pas simples!!

Des personnages complexes

Bon alors après avoir revisionné les 7 saisons de la série, il m’est impossible de porter un jugement sur les personnages principaux excepté de la fascination, de la pitié ou de l’attachement. En effet, la situation est tellement complexe que l’on ne peut pas avoir d’opinion vraiment tranchée et sans appel. Car au final, chacun a géré en fonction de la mission qui lui était attribuée, de son passé, de ses convictions du moment. Chacun a géré en fonction des données qu’il avait sur le moment et des moyens à disposition et pour certains de leur conscience : bref ils ont agi en humain !  Et comme tout être humain ils ont fait des erreurs plus ou moins pardonnables.

Alors qu’aujourd’hui on a tendance à juger après coup, cette série montre à travers les doutes, les actions, les revirements de ses personnages que tout n’est pas si simple. Chacun avait des droits et des devoirs et se devait d’agir en fonction de ceux-ci en faisant abstraction de leurs états d’âme !

Un florilège de personnages attachants...

Ce que j’ai particulièrement aimé c’est l’évolution des personnages durant les saisons.

Bon la seule qui n’a pas bougé c’est Hortense Larcher, ma copine de SAFE et LE BAZAR DE LA CHARITE : Fidèle à son rôle de chouineuse de service, elle ne comprend rien à rien à ce qui se passe du début à la fin…La seule chose qui compte c’est son Heinrich! Elle me fait presque pitié au fait lol.

Marcel Larcher en bon militant et activiste communiste rebelle n’évoluera pas beaucoup non plus…En même temps, c’est un communiste, mais il a pour mérite d’être constant dans ses opinions qui en plus sont cohérents avec ses actes…Après on aime ou on n’aime pas !

Son frère, Daniel Larcher, le médecin humaniste de service qui s’est retrouvé maire désigné pendant 2 ans, va se retrouver embarqué dans un rôle qui le dépasse. En fait, il a le rôle le plus ingrat car c’est lui qui prend les décisions difficiles tout en essayant d’être juste…Il sera souvent mal compris…

...qui apportent chacun leur vision de l'Histoire

Enfin le petit Gustave, 9 ans au début de l’occupation, qui va grandir au milieu de ce bordel apporte le regard d’un enfant avec toute sa douceur et son bon sens. Entre le décès de sa mère, la fuite de son père obligé de se cacher, le fait de partager les repas avec l’officier allemand, amant de sa tante, le pauvre gamin s’il s’en sort indemne il aura de la chance ! D’ailleurs il…biiiiiiiiip…pas de spoil j’ai dit !

Je ne m’attarderai pas sur les autres personnages, tous aussi important à l’histoire : de Marchetti, le flic collabo à Marie la chef de la Résistance locale en passant par Schwartz et sa femme Jeanine, Bosche sous l’occupation et américaine à la libération sans oublier Lucienne l’institutrice timide, il y aurait tant de choses à dire.

En revanche je vais vous parler du personnage qui m’a le plus marqué.

Heinrich Müller : celui que l’on déteste....

Clairement je suis fan !

Pas de ses convictions ni de son rôle de chef du SD qui a massacré et torturé des milliers de juifs…Faut pas déconner !

Je suis fan du personnage interprété par celui cantonné au rôle du nazillon de service dans beaucoup de séries et de films : J’ai nommé…Tadaaaaa… Richard Sammel…Aussi convaincant  en Commandant de base dans The Head qu’en chef nazi!

Mais contrairement à d’autres rôles de nazi que l’on voit habituellement, Heinrich est quelqu’un de complexe, honnête et finalement humain !

A la fois manipulateur, cruel, sadique, sûr de lui et de sa mission, prêt à tout pour obtenir ce qu’il veut, il se découvre un talon d’Achille en la personne d’Hortense ! Pourtant dans le genre femme insignifiante et égoïste Hortense elle détient la palme.

...aimer!

Et c’est ça qui le rend attachant à mes yeux. Cet homme, raclure finie, qui ne croit même pas à l’idéologie nazi, mais qui voit son rôle pourri comme un job, va être en sa présence complètement vulnérable. C’est d’ailleurs dingue de voir qu’un mec qui manie la cigarette comme personne soit aussi faible devant sa rousse.

Et ce qui est encore plus dingue c’est que plus la série avance, moins on voit les atrocités qu’il commet ! Plus la série avance, plus on est perdu dans ce que l’on doit penser. Parce que malgré tout il a quelque chose de magnanime : il parle avec beaucoup d’admiration de Marie, Antoine, Daniel et de Marcel Larcher qui pour lui sont de grands combattants. A l’entendre il regrette presque de devoir les traquer et les torturer.

A l’inverse il ressent du mépris pour les collabos qu’il traite de profiteurs et de traîtres à leur pays … ce qui est complètement ubuesque quand on y pense !

C’est pour tout cela que je suis fan et pas du tout parce que l’acteur est vraiment craquant !

Une série exceptionnelle

Je n’ai pas le souvenir d’avoir été déjà autant emballée par une série française.

Peux être parce qu’aucune n’avait traité de cette façon cette période troublée de notre Histoire.

Peux être parce qu’elle va au-delà du traditionnel clivage “gentil français\méchants allemands.

Peux être parce que les acteurs sont tous exceptionnels et donnent à leur personnage une vraie présence.

De plus elle a l’avantage de remettre les choses à leur place dans les temps actuels !

Il suffit de regarder les 3 premiers épisodes pour se rendre compte que l’effort qui nous est demandé pour notre santé n’est rien comparé à ceux consenti par nos aînés !

Alors arrêtons de crier à la dictature et prenons soin de nous et de nos proches 🙂

Infos séries

Saison :7

Nombres d’épisodes : 72

Année : 2009-2017

Chaine de diffusion : France 3

Distribution principale: Robin Renucci (Daniel Larcher), Audrey Fleurot (Hortense Larcher), Thierry Godard (Raymond Schwartz), Emmanuelle Bach (Jeanine Schwartz), Nicolas Gob (Jean Marchetti), Marie Kremer (Lucienne Borderie), Cyril Couton (Servier), Richard Sammel (Heinrich Muller), Constance Dollé (Suzanne Richard), Francois Loriquet (Jules Beriot), Martin Loizillon (Antoine), Nade Dieu (Marie Germain)…

Sexe
3/5
Violence
4/5
Suspense
4/5
Humour
0/5
Drame
5/5
  • Heinrich Muller
  • Le côté neutre
  • L’histoire
 
  • La fin un peu baclée

Un petit vin blanc …qu’on boit sous les tonnelles …du côté de NO… euh non de Villeneuve

un bon saucisson…parce que dans le cochon tout est bon !

Cet article a 2 commentaires

Les commentaires sont fermés.