THE WILDS

couverture_the_wilds

A L’ETAT SAUVAGE

Aujourd’hui les plateformes de streaming commencent à être de plus en plus nombreuses. Même si Netflix reste la plus populaire, elle est talonnée par Amazon Prime. Mais j’avoue avoir beaucoup de mal avec celle-ci. En effet,  si les programmes sont de qualité, je trouve la plateforme nulle en termes de lisibilité et de navigation. Du coup je ne regarde quasiment jamais.  Bon j’avoue je regarde mes séries fétiches que sont Criminal Minds et New York Unité spéciale. D’ailleurs je m’apprêtais à regarder un épisode quand une bande annonce attira mon attention. Mais il me fallu la retrouver dans la retrouver dans le flou du catalogue avant de pouvoir la regarder. Je vous propose donc une petite virée à Hawaï…enfin plutôt quelque part entre Los Angeles et Hawaï sur l’île des naufragées de The Wilds

Seules sur le sable...

Tout commence par un interrogatoire. Deux hommes interrogent une jeune femme sur un programme appelé  Dawn of Eve : Elle et 8 autres  ados ont vécu sur une île pendant plusieurs semaines, seules au monde, suite au crash de leur avion … 

Gros flash back : retour dans un avion privé  qui amène 9 jeunes filles à Hawaï. Retour sur leur rencontre, sur le crash et sur leur arrivée sur l’île déserte quelque part en plein pacifique.

Où là là un remake de LOST version jeunes filles névrosées… ça pue !

Mais il n’en est rien. Je suis sauvée ..ouf ! Car les jeunes femmes sont en réalité sans le  savoir des sujets d’expérience d’une scientifique douteuse !

Alors quel en est le but? Survivront-elles toutes ? Les parents de ces ados étaient-ils au courant du vrai objet de ce « camp d’été thérapeutique »? Mais surtout qui est cette scientifique manipulatrice, cachée derrière ses écrans qui diffusent H24 la survie de ces jeunes victimes ?

Ça commence mal...

Je vais être franche, j’ai failli ne pas passer le premier épisode. Les ingrédients pour une rubrique Schkrout étaient tous réunis : 

  • Une bande d’ados névrosés qui échouent sur une île.
  • Un crash d’avion où elles s’en sortent toutes comme par miracle.
  • Des valises qui apparaissent comme par enchantement avec un briquet qui leur permet d’allumer un feu.
  • Des meufs qui se la jouent casting de Koh lanta de l’année dernière. Je veux dire par là qu’elles sont incapables de construire une cabane qui tienne debout!
  • Des personnages carrément stéréotypés et ethniquement bien sélectionnés.
  • Un dénouement apparement connu vu que l’on assiste aux interrogatoires des rescapées.
  • Des canettes de Coca light dans l’eau plus nombreuses que le poisson !
  • Manquait plus que la danseuse de country pour compléter le tableau…mais ils ont fait original ils ont pris une danseuse de Pow Wow (la country des indiens) …

Mais on était dimanche, il était 6h30 du matin et je me suis dit que ça m’endormirait et me permettrait de faire une grasse matinée… Au début, tous les ingrédients étaient réunis pour que Morphée rapplique, mes yeux avaient du mal à rester ouvert. Mais soudain un détail attira mon attention. Mes yeux quasi fermés s’ouvrirent d’un coup et tel le commissaire Bourrel dans “les 5 dernières minutes”  je m’écriai : Bon sang mais c’est bien sûr”

Adieu Morphée,  Adieu grasse matinée, ca y est je suis hameçonnée !

Une série qui va crescendo

Comme je vous l’ai dit, le début de la série est laborieux. Mais dès que l’arnaque est découverte, tout s’accélère et prend du sens.

Le récit des survivantes aux enquêteurs nous permet de mettre bout à bout les pièces du puzzle. Au fur et à mesure le voile se lève sur le choix des survivantes. L’envie de connaitre le dénouement nous fait émettre des hypothèses sur les différentes fins possibles. On devient aussi observateur de la mise en place de l’organisation de la vie sur l’île. L’expérimentation animale qui se passe sous nos yeux nous intrigue. Oui oui j’ai bien dit l’expérimentation animale.

En effet, Gretchen, la scientifique, ne les voit pas comme des personnes mais bien comme des rats de laboratoire. On se croirait presque dans l’émission The Island à la différence que les filles ne savent pas qu’elles sont filmées et qu’elles ne sont pas volontaires. Le côté Truman show version ado sponsorisé par Coca Cola est aussi très présent. 

Et plus on avance, plus on se rend compte de la complexité des filles qui, chacune à leur façon, sont attachantes. On s’aperçoit que chacune est victime du patriarcat tenace dans leur vie d’une façon différente.

Une gynotopie assumée

Oh là là je viens d’utiliser un gros mot…mais comme Gretchen, chef de projet, j’assume ce terme car il s’agit bien de cà.

Mais, à la différence de Gretchen, je ne me considère pas comme “Napoléon avec une chatte”. Sans spoiler car je n’aime pas ça, Gretchen, a un véritable mépris pour les hommes et pense que l’avenir de la société est matriarcal. Elle fait passer la minette de The @ne et Diana de V pour des filles sympa et humaines. Si si je vous jure !   Moi je dirai que ce n’est pas la peine de mener ce genre d’étude pour en arriver là! Pour cela il suffit de voir la façon dont certaines femmes prennent un malin plaisir à castrer leur mec…sans que ceux ci acceptent sans broncher.

Et puis ne dit on pas depuis des décennies: Derrière la réussite d’un homme se cache une femme?

Mais outre le complexe de Dieu dont notre Gretchen est quelque peu atteinte (un chouilla comme on dit chez nous), elle se fiche complètement de mettre la vie d’adolescentes en danger tant que ça sert son projet! Elle ne s’intéresse absolument pas aux conséquences de ses actes !

D’un autre côté, on s’aperçoit que les filles réussissent à mettre en place une communauté organisée, à évoluer et s’adapter à la vie sauvage. Et vraiment, elles sont belles ces nanas, sans fard, sans pression sociale …

Une série bien équilibrée

Quand on regarde cette série, on s’aperçoit qu’elle est bien dosée. En effet, une fois le premier épisode passé, il y a un bon ratio entre l’envers du décor et les flashbacks. De plus, la narration est amenée de telle façon  que l’on découvre à la fois les faits et la réflexion des protagonistes sur ce qui s’est passé avec un minimum de recul : un peu comme lorsque tu remplis les dossiers de fin de formation de Pôle Emploi ! Bon j’avoue, la comparaison n’est pas géniale. Mais c’est la seule qui me vient à l’esprit et montre mon traumatisme profond des dossiers “bilan” de Pôle Emploi #traumatiséedespasseportsformation

De plus, les personnages s’avèrent être hyper crédibles malgré le côté stéréotypé de départ.

Enfin, les incohérences nombreuses et hyper flagrantes, se dissipent au fur et à mesure du récit. On ne les voit plus tellement on cherche à démêler les fils de cette histoire. Le crash était-il un vrai crash? Comment arrivent-ils à contrôler ce qui se passe sur l’Île? Quel est le rôle des parents? Comment cela va t’il se terminer?

Mais toutes nos interrogations prennent le dessus sur le reste et on s’éloigne de plus en plus de la série pour ado que l’on nous vend dans le teasing.

Bref, si vous aimez les séries qui mettent mal à l’aise avec des personnages quelque peu névrotiques , vous pouvez y aller les yeux fermés.

En revanche, privilégiez la version originale, les voix françaises sont justes insupportables et je trouve mal choisies par rapport aux actrices qui elles sont vraiment géniales.

Infos séries

Saison :1

Nombres d’épisodes : 10

Année : 2020

Chaine de diffusion : Amazon Prime Vidéo

Distribution principale: Sophia Taylor Ali (Fatin Jadmani), Chi Nguyen (Jeanette Dao), Shannon Berry (Dot Campbell), Sarah Pidgeon (Leah Rilke), Jenna Clause (Martha Blackburn), Erana James (Toni Shalifoe), Helena Howard (Nora Reid), Reign Edwards (Rachel Reid), Mia Healey ( Shelby Goodkind)

Sexe
1/5
Violence
4/5
Suspense
4/5
Humour
0/5
Drame
5/5