LA CUISINIERE DE CASTAMAR

BIENVENUE EN CUISINE

Les articles se suivent et ne se ressemblent pas. Que ce soit par l’origine de la série, le genre et les histoires, j’aime vraiment essayer de varier les sujets que je vais traiter. Du coup, cette semaine je vais retrouver un type de série que j’affectionne particulièrement. Et oui cela faisait longtemps que je n’avais pas regardé de série espagnole. Je sais j’abuse vraiment ! Cet été nous avons eu le droit au retour de Elite et très prochainement c’est au tour de La Casa de Papel de revenir sur nos écrans…Mais en attendant j’ai profité des heures d’avion sur une compagnie low cost dont les avions sont orange pour savourer cette série qui va nous transporter dans l’Espagne du XVIIIe siècle à la découverte de l’histoire de la cuisinière de Castamar! 

Benvenido en Castamar

Castamar est une petite bicoque sans prétention d’environ une petite centaine de fenêtres en Espagne, propriété du Duc du même nom, veuf éploré depuis 20 mois. Celui-ci passe ses journées à picoler en matant un tableau grandeur nature de sa défunte épouse. La duchesse mère reçoit la visite d’une courtisane qui l’informe “en toute amitié”. Elle l’informe que le Roi aimerait bien que son ami et Premier Conseiller arrête de chouiner! Il lui demande également de reprendre son taf, de se caser à nouveau et de se reproduire. De plus,  comme maman a comme meilleur ami un marquis pourri jusqu’à la moelle, le Diego, il va se retrouver avec une jeune femme dans les pattes!  La mission de celle-ci sera de se faire passer la bague au doigt et devenir la nouvelle Duchesse de Castamar.

A cet instant, Clara Belmonte, une jeune femme, dont le père est décédé, arrive à Castamar en tant qu’aide cuisinière malgré son agoraphobie. Et ses talents culinaires vont faire vibrer les papilles de toute la maison et en particulier du Diego qui va tomber carrément sous le charme de sa pâte à sucre. Sauf que bon on est au XVIIIe siècle et en Espagne…du coup c’est pas simple!

Intrigues au château

Il n’y a pas à dire, nous sommes bien à la cour au XVIIIe siècle! En effet, il y a des fêtes, des belles tenues, et tout le monde couche avec tout le monde : À deux, à trois entre personnes du même sexe ou pas, avec l’officiel ou pas…pas un épisode sans coucherie ! Et forcément ça fait des histoires! En revanche, le seul qui ne se couche pas c’est le Diego! En même temps, entre la fidélité envers sa défunte épouse, ses sentiments vis-à-vis de la cuisinière, l’absence de ceux pour celle qu’on lui a choisi, il a du mal à gérer le pauvre!

Mais ce n’est pas tout, il y a des intrigues autour de ce mariage, des trahisons, des complots. Bref tout ce qu’on aime!  On ne s’ennuie pas à Castamar. On est tenu en haleine ; On se demande comment les complots vont être déjoués. En plus, on ne sait pas si le duc et la cuisinière vont finir par coucher ensemble, ni qui va mourir ou survivre… Y a pas à dire cette histoire est palpitante.  Et que ce soit au niveau des châtelains ou de l’office, ils sont tous à la même enseigne dès qu’il s’agit de sentiments, de secrets et de jalousie. 

Quand la cuisine s’invite dans une série

En même temps, avec un titre de série (et de livre) qui s’appelle La cuisinière de Castamar on se doute un peu que l’on va parler cuisine. 

Sauf que ici, la cuisine fait partie prenante de l’histoire car l’intrigue est guidée par les recettes de Clara. L’alchimie entre les ingrédients se fait au gré des sentiments et des émotions des personnages. Bref, ici à chaque recette de cuisine évoquée par Clara, l’atmosphère devient très vite “muilto caliente”. D’ailleurs, à chaque fois qu’elle prend la queue de la casserole,  la température monte. Et ce ne sont pas nos papilles qui sont le plus aiguisées…

Que calor mes amis !

Vraiment, moi qui adore cuisiner, je ne pensais pas que préparer une pâte à sucre pouvait être aussi sensuel et valoir largement le jacuzzi en guise de préliminaire…La prochaine fois que j’invite un mec chez moi on oublie la coiffure, le dépoilage, les dessous sexys et on se sape comme une manouche avec un tablier licorne. On passe direct à l’atelier cuisine! A coup sûr le mec il craque en te regardant faire la pâte à pancake! Suffit juste de jouer de la papinette avec sensualité pour qu’il oublie le physique de yéti poilue! 

Une série d’époque...

Ce que j’ai aimé dans cette série, c’est la modernité : Et ce malgré le fait que l’on soit dans une série où il y n’ avait pas de bouton pour avoir la lumière et où lorsque l’on était gay on risquait de finir la corde au cou! Bon, ça ça existe encore dans certains pays mais c’est pas la majorité. 

Mais les sujets évoqués sont nombreux et très contemporains au fait : le deuil, l’adultère, l’homosexualité, les amours impossibles ou contrariées…On se croirait presque dans Elite ou Chesapeake Shores sans la country!  En même temps on imagine mal la noblesse espagnole faire de la danse de gardien de vaches! 

Ceci dit, grâce à cette série, j’ai compris pourquoi y avait pas de salles de sport à l’époque : En effet, entre les kilomètres à parcourir dans la baraque pour aller d’une pièce à l’autre et les lustres à chandelles à monter et descendre des plafonds de 4 m deux fois par jour, le sport c’est toute la journée que tu le fais! En plus quand tu es cuisinière, le thermomix tu oublies…ta mayonnaise pour 50 personnes c’est à la fourchette que tu la montes!

...mais moderne à la fois

Le seul truc c’est pour passer les infos! Ben oui, à l’époque c’est le messager ou le pigeon voyageur. Du coup, le plus souvent entre le départ et l’arrivée des messages l’info est obsolète : ce qui dans certains cas peut poser problème. D’autant que, comme dans la vie d’aujourd’hui, les retournements de vestes et de situations sont aussi fréquents que le changement de tenue des meufs de Gossip Girl en 24h! 

En revanche, on s’aperçoit qu’au final, les riches s’enrichissent toujours sur le dos des pauvres et sont surtout complètement déconnectés de la réalité! Sauf le beau Diego, véritable OVNI dans ce monde emprunt à la futilité. En effet, lui est un riche gentil, proche des “ses gens”! Bon son petit crush pour la cuisinière y est aussi pour quelque chose! 

Bref, les situations politiques, amoureuses et sociales sont vraiment proches de notre époque! Ceci malgré les tenues à 10000 épaisseurs faisant passer les burqas pour des tenues légères et les perruques qui expliquent les kilos de talc sur leur visage. Pour info c’était nécessaire pour absorber la transpiration.

Sous le charme du Duc...et de la cuisinière

Bon je vais être honnête ce qui en soi n’est pas nouveau! Mais même si le Duc a un côté gnangnan agaçant et un physique pas forcément à mon goût, je dois avouer être tombée sous son charme! Cela fait tellement de bien de trouver un homme respectueux, attentionné et qui se bat pour la femme qu’il aime! Bon en même temps elle cuisine tellement bien. En plus elle est tellement sexy quand elle manie la papinette que n’importe qui pourrait tomber amoureux d’elle! 

 Alors on s’en fiche un peu de la banalité de l’histoire et que la fin soit prévisible. Car le chemin pour y parvenir est agréable et plein de rebondissements! De plus, ce retour à l’époque où il n’y avait aucune technologie, aucun réseau social, aucune course poursuite est reposant!

Enfin après avoir regardé cette série, vous ne verrez plus jamais une pâte à sucre ou un chocolat de la même façon ! 

Infos séries

Saison :1

Nombres d’épisodes : 8

Année : 2021 – 20..

Chaine de diffusion : Netflix

Distribution principale : Michelle Jenner (Clara Belmonte), Roberto Enriquez (don Diego, duc de Castamar), Hugo Silva (Enrique de Arcona, marquis de Soto), Maxi Iglesias (Francisco Marlango), Maria Hervas (Amélia Castro), Agnès Llobet (Beatriz Ulloa), Jean Cruz (Don Gabriel de Castamar), Oscar Rabadan, Melquiades Elquiza

Sexe
4/5
Violence
2.5/5
Suspense
5/5
Humour
0/5
Drame
5/5

Laisser un commentaire